Abonnement notre newsletter

Newsletter


2 014 logo dicrim 
Dossier d'information communal sur les risques majeurs
>> lire

AccueilDécouvrez l'Histoire de ForbachLe XIXème Siècle / La seconde République et le Second Empire

Le XIXème Siècle

La Seconde Répulique et le Second Empire

Arrivée du chemin de ferEn 1851, avec ses trois annexes de Verrerie-Sophie, Schoeneck et Stiring, Forbach compte 4 826 habitants.
L'évènement majeur de cette période est l'arrivée du chemin de fer qui, dès 1846, attire les De Wendel. Ils entament alors la construction d'une usine sidérurgique à Stiring, dont le premier haut-fourneau est mis à feu en 1853. Trois ans plus tard, elle en comptera quatre. Sous l'impulsion de Charles de Wendel et du baron de Gargan, des recherches pour localiser du charbon seront entreprises en 1856, puis couronnées de succès au puits Saint-Charles de Petite-Rosselle.

Objets en papier mâché : coffret, pelle à miette, plat, éventail, tabatière, porte note, classeur.En 1853 les Adt, qui élaborent des objets en papier mâché vernis, reviennent définitivement à Forbach motivés eux aussi par le chemin de fer et ses avantages. Pour cette famille c'est le début d'une ère de prospérité, qui verra la vente de leurs articles dans le monde entier.

Quant à la tuilerie Couturier, elle deviendra la principale du département.

Le chemin de fer offre aux entreprises locales le moyen d'exporter leur production, mais aussi d'importer certaines matières premières nécessaires à la fabrication de leurs produits.

Forbach sera reliée à Saint-Avold en 1851 et à Sarrebruck l'année suivante. Lors de l'ouverture de la voie Metz-Sarrebruck le 14 novembre 1852, Monseigneur Dupont des Loges, évêque de Metz, bénit les locomotives.

Les conditions de transport en sont littéralement transformées. En 1854, rallier Metz à Paris nécessite 9 heures ½ contre 30 en diligence. En 1869, Forbach est la première gare du réseau Est, après Paris-La Villette. De surcroît, la ligne Metz-Sarrebruck enregistre de substantiels bénéfices grâce au transport de la houille et du minerai de fer à l'usine de Stiring.

Parallèlement, l'émigration décline fortement. Forbach devient, en 1856, le chef-lieu de canton le plus industrialisé de la Moselle. En 1857 c'est une ville cosmopolite, dont la population enregistre 20% de personnes d'origine étrangère. Au cours de cette même année Stiring et l'annexe de Verrerie-Sophie se constituent en une commune indépendante, Stiring-Wendel, qui recense déjà 1 884 habitants. 1857 est également l'année durant laquelle Napoléon III découvre les industries de Forbach et de Stiring-Wendel, avant de se diriger vers Sarreguemines en compagnie du baron de Geiger, directeur de la Faïencerie.

Pierre AdtL'arrivée du train modifie également le visage de Forbach qui remodèle le secteur de la gare. Par ailleurs, un nouveau quartier industriel se dessine : la Ville-Haute.
L 'usine Adt, les tuileries Couturier et la verrerie Vallet s'y installent.

L'industriel Pierre Adt, élu au poste de premier magistrat en 1865, poursuit la modernisation et l'embellissement de la ville. Signe de son développement, elle est désormais éclairée au gaz et se dote de nouveaux équipements : collège, cimetière, presbytère et une église consacrée par l'évêque de Metz, Monseigneur Dupont des Loges.

Mais lorsque le maire démissionne, en 1871, les caisses sont vides. Son départ fait suite à la défaite française lors de la Guerre franco-prussienne de 1870.

Bataille de SpicherenDurant le conflit il avait hébergé chez lui un officier français, le Général Frossard, qui y avait d'ailleurs établi son quartier général, notamment pendant la bataille de Spicheren. Elle eût lieu le 6 août 1870 : s'engageant sur les hauteurs de Spicheren, elle s'acheva à Forbach avec la victoire des divisions prussiennes.