Abonnement notre newsletter

Newsletter


2 014 logo dicrim 
Dossier d'information communal sur les risques majeurs
>> lire

AccueilDécouvrez l'Histoire de ForbachL'époque moderne / La maison de Deux-Ponts-Forbach (1756 - 1793)

L'époque moderne

La maison de Deux-Pont-Forbach (1756-1793)

En 1756, le comté de Forbach est aux mains de plusieurs seigneurs, notamment des héritiers de la famille des Linange. En l'achetant pour son épouse Marianne Camasse, Christian IV duc de Deux-Ponts rétablit l'unité du comté de Forbach.

Toutefois Marianne n'entre véritablement en possession de l'ensemble du comté que le 13 mars 1770, par un jugement du Tribunal de Sarreguemines.

Marie, Jeanne, Françoise, dite Marianne Camasse, ou Gamache, a vu le jour le 2 septembre 1734 à Strasbourg. Elle y serait née lors d'un voyage d'affaires de ses parents, Eléonore Roux et l'acteur Jean-Baptiste Camasse. Ils seraient ensuite retournés à Mayence où Marianne aurait grandi et appris à danser le ballet.

Il semblerait justement que ce soit à l'occasion d'un ballet que Marianne, jolie danseuse de seize ans, ait rencontré Christian IV, de douze ans son aîné. Il est riche, cultivé, sportif, excellent cavalier, il possède d'ailleurs un élevage de chevaux à Deux-Ponts. Malgré l'infériorité de rang de Marianne il va s'éprendre d'elle, parfaire son instruction et l'épouser en secret. De cette union naîtront plusieurs enfants, dont Christian et Guillaume. Choiseul les placera dans des écoles militaires et ils mèneront de brillantes carrières : tandis que Christian deviendra colonel du Royal-Deux-Ponts, Guillaume se distinguera lors de la bataille décisive de Yorktown, qui permettra aux U.S.A. d'accéder à l'indépendance.

Plus tard Marianne sera anoblie par le duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski, et par la Marquise de Pompadour. Quant à Christian IV, duc de Deux-Ponts et comte de Forbach, il partage sa vie entre Deux-Ponts et Paris. A sa mort en 1775, Forbach devient la résidence principale de Marianne. Elle y entretient une véritable cour et le château est régulièrement le cadre de bals, fêtes, représentations théâtrales et chasses. La qualité de la table de la comtesse était également réputée : sa cuisine accueillit pendant neuf ans «l'Officier de Bouche» Nicolas Appert, inventeur d‘un procédé de conservation de produits alimentaires connu sous le nom d'appertisation.